Pour la santé à La Réunion et à Mayotte

Stratégie de santé pour les Outre-mer

Article
Visuel
visuel statégie de santé Outre-Mer
Marisol Touraine a présenté le 26 juin 2016, en présence de George Pau-Langevin, Ministre des Outre-Mer, la Stratégie de Santé pour les Outre-mer. Ce plan, composé de 5 axes et de 62 actions, s’adapte aux spécificités géographiques, humaines et organisationnelles de ces territoires, souvent confrontés à des problématiques sanitaires d’une nature et d’une ampleur particulières.
Corps de texte

Les territoires ultramarins connaissent des difficultés propres qui diffèrent de la métropole :

  • Les risques liés à la naissance, qui pèsent tant sur l’enfant que sur la mère, sont plus importants.
  • L’obésité et le surpoids  frappent plus sévèrement et entraînent une forte prévalence du diabète.
  • Les insuffisances rénales et cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux sont plus nombreux.
  • Les risques liés aux maladies sexuellement transmissibles ou aux conduites addictives sont également plus élevés.

Face à cette réalité, la Stratégie de Santé pour les Outre-mer a été construite dans une démarche de concertation associant les membres des Conférences Régionales de Santé et d’Autonomie. Elle garantit des conditions d’amélioration de la santé aux citoyens, par la prévention et l’amélioration de l’accès aux soins et des prises en charge.

Les 5 axes prioritaires

Composé de 5 axes et de 62 actions, le plan s’adapte aux spécificités géographiques, humaines et organisationnelles des territoires.

Axe 1 : Renforcer la prévention afin de lutter contre les inégalités de santé

Le plan prévoit notamment la création d’un programme régional Alimentation Activité Nutrition Santé (PRAANS). Il permettra de mobiliser les services de l’Etat et les collectivités territoriales au plus près de la population pour réduire l’incidence du diabète.

Axe 2 : Améliorer la veille, l’évaluation et la gestion des risques sanitaires

Les plans de prévention et de lutte contre les maladies zoonotiques seront renforcés, les coopérations internationales sur la veille sanitaire encouragées.

Axe 3 : Mieux répondre aux besoins des citoyens dans le champ de l’autonomie (vieillissement et handicap)

Un plan particulier visant à augmenter le nombre de places dédiées aux personnes en situation de handicap va être mis en œuvre. 20 millions d’euros supplémentaires seront consacrés aux Outre-mer pour atteindre cet objectif. Le dépistage et la prise en charge précoces des handicaps seront renforcés, l’innovation dans le soutien à domicile et en milieu ordinaire soutenue.

Axe 4 : Renforcer l’efficience du système de santé

Tout sera mis en place pour renforcer la présence médicale et favoriser l’exercice pluridisciplinaire coordonné. Les spécificités ultra-marines seront mieux prises en compte dans un processus d’allocation de ressources retravaillé. Le dispositif de financement d’activités isolées sera dès maintenant étendu aux Outre-mer. Les financements sur la précarité concerneront fortement ces territoires.

Axe 5 : Renforcer l’accès aux droits

La mise en place de la Protection Universelle Maladie (PUMa) mettra fin aux ruptures de prise en charge liées aux parcours de chacun.  Des modalités d’instruction pour permettre aux publics prioritaires, notamment aux femmes enceintes ou aux personnes les plus isolées géographiquement, d’être pris en charge et recevoir des soins adaptés seront mises en place. Les transferts sanitaires entre Outre-mer et avec la métropole seront sécurisés.

Si les objectifs de ces 5 axes sont communs à tous les Outre-mer, chaque collectivité a sa propre feuille de route. Cette stratégie s’adapte ainsi aux problématiques particulières et engage des actions concrètes qui engagent l’État tant au niveau national que régional.