Pour la santé à La Réunion et à Mayotte

Situation de la rougeole à La Réunion et à Mayotte

Article
Visuel
 visuel rubrique rougeole
L’ARS Océan Indien appelle à la vigilance de tous les professionnels de santé sur la situation épidémiologique internationale et locale, et sur l’importance des mesures de protection et d’isolement, de diagnostic biologique et de signalement devant tout patient présentant les signes de la rougeole.
Corps de texte

L’ARS Océan Indien demande aux professionnels de santé de signaler à l’ARS tout cas de rougeole suspecté. Ce signalement est essentiel pour permettre l’identification des cas par les équipes de l’ARS et de la CIRE ; le but étant d’interrompre la chaine de contamination.

En raison des complications possibles, il est indispensable de repérer les sujets risquant de faire une rougeole grave à savoir :

  • les femmes enceintes,
  • les enfants de moins de un an,
  • les personnes atteintes de maladies entrainant une diminution des défenses immunitaires comme les cancers ou le diabète.

La Réunion

carte visite CVAGS Réunion

Agence de Santé Océan Indien
Plateforme de Veille et d'Urgences Sanitaires
2 bis av. Georges Brassens - CS 61002
97743 Saint-Denis cedex 09
0262 93 94 15 - 0262 93 94 56 (fax)

    Envoyer un courriel 

www.signalement-sante.gouv.fr

A Mayotte

carte visite CVAGS Mayotte

Agence de Santé Océan Indien
Plateforme de Veille et d'Urgences Sanitaires
Rue Mariazé
97600 Mamoudzou
0269 61 83 20 - 0262 31 69 76 (fax)

    Envoyer un courriel

www.signalement-sante.gouv.fr

La vaccination est le seul moyen pour se protéger de la maladie et d’éviter sa diffusion dans son entourage. Il faut avoir reçu 2 injections de vaccin pour être protégé.  

Tous les professionnels de santé devraient avoir reçu au moins une dose de vaccin (deux s’ils sont nés après 1980 et s’ils travaillent au contact d’enfants), sauf s’ils ont un antécédent documenté de rougeole maladie.

En cabinet en ville, pour tout patient suspect de rougeole, il est nécessaire :

  • d’assurer, dans la mesure du possible, la prise en charge du patient à domicile ;
  • d’éviter le passage en salle d’attente s’il se présente à votre cabinet ;
  • d’isoler le patient, lui faire laver les mains et porter un masque chirurgical ;
  • de privilégier les prélèvements biologiques à domicile s’ils étaient nécessaires ;
  • de rappeler à l’entourage du patient les règles d’hygiène (solutions hydro-alcooliques) ;
  • d’aérer les zones de présence du patient car la transmission aérienne du virus reste possible jusqu’à 2 heures dans un espace clos après son départ

Enfin, l’ARS appelle également à la vigilance de tous les professionnels de santé sur la situation épidémiologique internationale et sur l’importance des mesures de protection et d’isolement, de diagnostic biologique et de signalement, devant tout patient présentant les signes de la rougeole.