Pour la santé à La Réunion et à Mayotte

Offre de soins et accès aux soins

Article
Visuel
accès aux soins
Créée le 1er Avril 2010, l'Agence de Santé Océan Indien met en oeuvre la politique de santé à La Réunion et à Mayotte, en coordination avec les différents acteurs. Son ambition: mobiliser les énergies de tous pour améliorer la santé de la population et le système de santé dans les deux îles.

Retrouvez ici les informations sur l'offre de soins et l'accès aux soins à La Réunion et à Mayotte.
Corps de texte

A Mayotte

La présence de professionnels libéraux à Mayotte, quelle que soit la catégorie professionnelle concernée, est faible et très inférieure à la métropole.

En 2015, la densité des médecins (généralistes ou spécialistes), salariés ou libéraux, est de 98 médecins pour 100 000 hab. (339 en métropole) dont 14 médecins pour 100 000 hab. en mode d’exercice libéral.

A l’inverse, la densité des sages-femmes est importante : 297 sages-femmes pour 100 000 femmes âgées de 15 à 49 ans contre 146 en métropole.

L’effectif des infirmiers représente près de 90% de l’effectif paramédical. La densité des infirmiers est de 359 infirmiers pour 100 000 hab. contre 971 en métropole (hors remplaçants).
 

A La Réunion

En 2015, près de 5 800 professionnels travaillent dans le secteur libéral, dont 2 200 professionnels médicaux et environ 3 600 professionnels paramédicaux ou psychologues.

Si la densité globale des médecins (généralistes ou spécialistes – hors remplaçants) est inférieure à la métropole (279 pour 100 000 habitants contre 339 en 2015), elle est plus importante pour l’exercice libéral des médecins généralistes : 96 médecins pour 100 000 hab. contre 84.

De même, la densité de sages-femmes libérales est supérieure :
178 pour 100 000 femmes de 15 à 49 ans contre 146 en métropole.

Les infirmiers et les masseurs-kinésithérapeutes représentent 80% des effectifs des professionnels paramédicaux.
Les densités sont respectivement de 815 infirmiers pour 100 000 hab. (971 en métropole – incluant les remplaçants) et de 174 masseurs-kinésithérapeutes pour 100 000 hab. (126 en métropole).
La densité en mode d’exercice libéral, des infirmiers est de 202 infirmiers pour 100 000 hab. (contre 134 en métropole – hors remplaçants).

A Mayotte

Le Centre Hospitalier de Mayotte (CHM) est, à l’exception d’un centre privé de dialyse, le seul offreur de soins hospitaliers du territoire. L’importance de son activité externe compense en partie la faiblesse de l’offre de ville.

Au-delà du site principal de Mamoudzou, il gère des dispensaires, et des centres de référence.
 

A La Réunion

Au 1er janvier 2015, 24 établissements de santé sont recensés dont 4 publics et 20 privés.
Ceci représente 55 structures réparties sur l’île dont 6 maternités. Depuis 2012, le département est doté d’un Centre Hospitalier Universitaire couvrant deux sites (Nord et Sud).

La prise en charge hospitalière, tous secteurs confondus, mobilise à La Réunion environ 12 700 personnels dont 1 700 personnels médicaux.

Les taux de recours standardisé 2014 sont supérieurs à La Réunion pour la médecine (161,82 séjours pour 1000 habitants, contre 154,47 en France entière), et l’obstétrique (26,07 contre 19,58) mais inférieurs pour la chirurgie (82,55 contre 98,38).

A Mayotte

Le secteur médico-social est récent, avec des capacités en 2015 encore très limitées par rapport aux besoins :

Enfants handicapés : 281 places pour enfants handicapés

Adultes handicapés : 6 places médicalisées

Cet équipement se déploie depuis 2010.
 

A La Réunion

L’accompagnement des personnes âgées ou handicapées à La Réunion concerne près de 6 000 bénéficiaires et mobilise près de 3 700 personnels.

L’offre médico-sociale (sous compétence ARS) accuse encore un retard par rapport à la métropole (STATISS 2015) :

Enfants handicapés : 8,4 places pour 1 000 jeunes âgés de moins de 20 ans contre 9,6 en métropole

Adultes handicapés : 2,3 places pour 1 000 adultes âgés de 20 à 59 ans contre 4,4 en métropole (hors ESAT)

Personnes âgées : 56,3 lits ou places pour 1 000 personnes âgées de 75 ans ou plus contre 120,2 en métropole (EPHAD, SSIAD ou SPASAD)