Pour la santé à La Réunion et à Mayotte

Le PEAS : un plan pour "renforcer l’accès territorial aux soins"

Article
Visuel
Logo PEAS
Le Plan du Gouvernement pour l’égal accès aux soins dans les territoires sera construit et mis en œuvre avec les Agences Régionales de Santé et leurs partenaires. Il propose des solutions spécifiques identifiées par les acteurs de la santé, les élus locaux et les patients.
Corps de texte
Card PEAS 2018

Dans le cadre du nouveau zonage des médecins*, les indicateurs montrent que la difficulté d’accès aux soins concerne :

  • 100% de la population pour Mayotte
  • 12% pour La Réunion
* L’arrêté du nouveau zonage est toujours dans le circuit de signature.

Plusieurs problématiques peuvent expliquer cette difficulté d'accès aux soins, comme par exemple :

  • difficultés d’obtention d’un rendez-vous médical et délais d’attente de plus en plus longs,
  • surcharge de travail pour certains professionnels de santé,
  • diminution d’offre en santé, tant au niveau des structures que des professionnels

Avec pour mission de renforcer l’accès aux soins « avancés », le gouvernement a construit ce plan d’égal accès aux soins autour de 3 grands objectifs :

  • Mobiliser l’ensemble des professionnels de santé
  • Innover par le biais des nouvelles technologies de santé
  • Simplifier l’exercice de la médecine

La santé touche le quotidien de l’ensemble des français : avoir un médecin traitant, obtenir rapidement un rendez-vous, accéder à des soins médicaux spécialisés dans un délai approprié à leurs besoins. Autant d’attentes qui doivent être satisfaites au même niveau de qualité sur l’ensemble du territoire.

Mayotte et La Réunion ne sont pas épargnées par ce phénomène de désertification médicale. Les deux départements rencontrent aujourd’hui des problématiques d’attractivité du territoire vers les  professionnels de santé (PS), même si leurs enjeux sont différents :

  • Pour Mayotte, le pari est d’une part de réussir à rendre le territoire attractif pour de nouvelles installations des professionnels de santé, et d’autre part de retenir les professionnels de santé déjà installés sur le territoire.

  • Pour La Réunion, l'enjeu est différent car le territoire est très attractif avec une densité moyenne des médecins généralistes supérieure à celle de la métropole. A La Réunion, à l’instar de la métropole, est donc confrontée à une problématique de la répartition des PS en particulier dans les écarts (les Hauts) et les territoires isolés et enclavés (par exemple Salazie, Cilaos et Saint Philippe).

Pour y faire face, c’est un panel de solutions qu’il faut mettre en œuvre :

  • accompagnement et aides à l’installation,
  • faciliter l’accès aux nouvelles technologies,
  • développement et coopération entre les professionnels de santé (maisons de santé pluri-professionnelles par exemple)

Le plan s’articule autour de 4 axes prioritaires :

  • Le renforcement de l’offre de soins dans les territoires au service des patients : une présence médicale et soignante accrue
  • La mise en œuvre de la révolution numérique en santé pour abolir les distances
  • Une meilleure organisation des professions de santé pour assurer une présence soignante pérenne et continue
  • Faire confiance aux acteurs des territoires pour construire des projets et innover dans le cadre d’une responsabilité territoriale

Chaque territoire est différent. C’est pourquoi le Plan du Gouvernement pour l’égal accès aux soins (PEAS) vise à ce que chaque territoire dispose d’un projet de santé adapté et sur-mesure. Pour ce fait, le PEAS a été retenu comme une mesure phare du Plan Régional de Santé (PRS2), arrêté le 29 juin 2018 :

  • Pour Mayotte, de nouveaux leviers au-delà des leviers conventionnels et des aides de l’Etat, ont été mis en place.
  • Pour La Réunion, des territoires enclavés et isolés constituent un effort important de l’ARS en lien avec l’ensemble des partenaires, pour assurer l’accès aux soins en anticipant a démographie médicale vieillissante et l’installation de nouveaux médecins (par exemple dans le cadre des actions communes avec les collectivités).

De manière plus globale, des mesures fortes de ce plan ont vocation à concevoir une meilleure articulation entre la médecine de ville et l’hôpital (télémédecine, pratiques avancées, etc), mais aussi de s’assurer de mieux accompagner les professionnels de santé désireux de s’installer sur les territoires ciblés.

Enfin, l’identification d’initiatives innovantes qui émergent dans les territoires doit être valorisée. L’objectif de ce plan est bien de s’appuyer sur les dynamiques locales pour construire ensemble un projet de soins mieux adapté aux attentes des usagers. Le rôle du Gouvernement, des Agences Régionales de Santé et de l’Assurance Maladie est donc d’accompagner, d’encourager et de coordonner ces initiatives locales.

La deuxième phase du Plan du Gouvernement pour l’égal accès aux soins sortira cet automne.