Pour la santé à La Réunion et à Mayotte

Epidémie de dengue à La Réunion

Alerte sanitaire
Visuel
Niveau 4 ORSCEC DENGUE - Épidémie de moyenne intensité
Dans le contexte actuel d’épidémie de dengue, la mobilisation des médecins est indispensable pour signaler tout cas suspect et rappeler aux patients les gestes de prévention.
Corps de texte

Le signalement systématique de tout nouveau cas de dengue est essentiel au dispositif de surveillance et de lutte car il permet d’identifier les zones où le virus circule et d’y orienter les actions de lutte anti-vectorielle menées par les services de l’ARS OI et du SDIS, en lien avec les communes concernées. 
Aussi, les médecins généralistes sont encouragés à continuer de prescrire à leurs patients qui présenteraient des symptômes évocateurs de la dengue, une analyse biologique à réaliser en laboratoire de ville pour confirmation de la maladie. 
 

La Réunion connaît depuis le début de l’année 2018 une augmentation importante du nombre de cas de dengue.

En savoir plus sur la situation de la dengue à La Réunion

La situation épidémiologique de la dengue à La Réunion est mise à jour de façon hebdomadaire par la Cire Océan Indien (Santé publique France en région). Les derniers points épidémiologiques réalisés par la Cire Océan Indien sont disponibles sur le site de santé publique France.

Consulter les points épidémiologiques sur le site de Santé Publique France

Devant tout syndrome dengue like(1), les médecins sont encouragés à prescrire une confirmation biologique.

La Cire Océan Indien (Santé Publique France) a élaboré, en partenariat avec l’ARS Océan Indien etles infectiologues et biologistes du CHU de la Réunion et CHM de Mayotte, une notice d’informations récapitulant les informations essentielles à une prise en charge efficace des patients :

  • Signes cliniques et évolution,
  • Diagnostic,
  • Conduite à tenir,

  • Signalement des cas,
  • Gestes de prévention à rappeler aux patients

Télécharger la notice : le point sur la dengue

(1)Fièvre d’apparition brutale (≥38.5°) ET un ou plusieurs symptômes non spécifiques suivants : douleurs musculo-articulaires, douleur rétro-orbitaire, éruption maculo-papuleuse, manifestations hémorragiques, céphalées frontales, asthénie, signes digestifs ; en l’absence de tout autre point d’appel infectieux.

Le signalement systématique de tout nouveau cas suspect de dengue est un maillon essentiel du dispositif de surveillance et de lutte car il permet d’identifier les zones de circulation du virus et d’orienter en conséquence les actions de lutte anti-vectorielle menées par les services de l’ARS Océan Indien en lien avec les communes concernées.

Aussi, devant tout syndrome dengue like(1), les médecins sont encouragés à prescrire une confirmation biologique.

La RT-PCR est réalisée aux laboratoires du CHU et n’est pas facturée au patient.

Il est demandé aux médecins de bien vouloir signaler immédiatement à la plateforme de veille et d’urgences sanitaires de l’ARS Océan Indien :

  • toute suspicion clinique forte de dengue, notamment en cas de signes de sévérité ;
  • toute augmentation inhabituelle du nombre de suspicions de dengue dans votre patientèle ;

Pour procéder à un signalement :
📞  02 62 93 94 15
📇  02 62 93 94 56
  Envoyer un courriel

(1) Fièvre d’apparition brutale (≥38.5°) ET un ou plusieurs symptômes non spécifiques suivants : douleurs musculo-articulaires, douleur rétro-orbitaire, éruption maculo-papuleuse, manifestations hémorragiques, céphalées frontales, asthénie, signes digestifs ; en l’absence de tout autre point d’appel infectieux. 

Chacun doit agir pour lutter contre les moustiques

La prévention du risque dengue passe par la lutte contre les moustiques autour de vos établissements et de vos cabinets, en entretenant les abords et la végétation, également chez vos patients qu’ils soient ou non cliniquement suspects.
 

Des gestes simples à réaliser

  • Eliminer les eaux stagnantes dans son environnement : vider les soucoupes, vérifier l’écoulement des gouttières, respecter les jours de collecte des déchets, vider les petits récipients, …
  • Eliminer les déchets pouvant générer des gîtes larvaires.
  • Se protéger contre les piqûres de moustiques (diffuseurs, répulsifs, vêtements couvrants, moustiquaires…), particulièrement pour les personnes virémiques et leur entourage afin de réduire les risques de transmission secondaire.
  • Pour les nourrissons et jeunes enfants (potentiellement virémiques ou dont une personne de l’entourage est susceptible d’être virémique), l’usage de la moustiquaire est recommandé.  
Ensemble contre les moustiques

Publications

Visuel 2018-02_Dengue_LePointSur_CireOI.jpg

Le Point sur la dengue - Février 2018
Télécharger le document

Aller plus loin

Supports d'information

Affiches
Que faire contre la dengue
Télécharger

Comment se protéger ?
Télécharger

Flyers
Attention, épidémie de dengue à La Réunion
Télécharger

Ne laissons pas les moustiques s'installer !
Télécharger

Le service de lutte anti-vectorielle (LAV) à la Réunion
Télécharger

VISUEL  ARSDENGUE_niveau 3-mars 2018-Comment se protéger les gestes

Contact

Contenu

Pour procéder à un signalement :
📞  02 62 93 94 15
📇  02 62 93 94 56
  Envoyer un courriel