Pour la santé à La Réunion et à Mayotte

Augmentation des cas de leptospirose à Mayotte : Point de situation

Communiqué de presse
Visuel
Visuel - La leptospirose
Depuis le début de l’année, on observe une recrudescence du nombre de cas de leptospirose à Mayotte. A ce jour, 129 cas de leptospirose ont été recensés sur l’île. Cette augmentation du nombre de malades, habituelle en cette période de l’année, est liée le plus souvent à la pratique d’activités agricoles sans protection, mais aussi à la prolifération des rongeurs.
Corps de texte

La leptospirose est une maladie qui peut présenter des formes sévères pouvant nécessiter une hospitalisation. Aussi, l’Agence de Santé Océan Indien rappelle en cette période à risque l’importance de bien respecter les gestes habituels de prévention : éviter le contact de plaies avec l’eau douce des rivières ou de zones inondées, surtout après de fortes pluies, utiliser des gants et des bottes lors de la pratique d’activités à risque (élevage, jardinage), et consulter un médecin en cas d’apparition de symptômes.

La leptospirose est une maladie transmise par des bactéries provenant des urines de mammifères  infectés, et notamment de rats.

Les hommes sont contaminés au contact de l’eau ou de surfaces humides souillées par les urines de ces animaux (boues, flaques d’eau, rivières, etc.). La bactérie pénètre dans l’organisme en cas de plaies corporelles, même minimes.

Après quelques jours d’incubation, la leptospirose se manifeste par les symptômes suivants :

  • Une fièvre élevée (souvent > 38,5 °C)
  • des douleurs musculaires et articulaires, des signes digestifs
  • des maux de tête

La maladie peut s’aggraver après quelques jours et si elle n’est pas traitée à temps par des antibiotiques, elle peut être mortelle.

Dès l’apparition de ces signes, il faut donc consulter un médecin.

Depuis le début de l’année, 129 cas de leptospirose ont été recensés à Mayotte. Parmi ces cas, 17 personnes ont été hospitalisées, dont 4 en réanimation. Parmi les cas hospitalisés en réanimation, un décès a été enregistré.

Au cours des 4 premiers mois de l’année 2017, le nombre de cas est similaire à celui observé en 2016 à la même période (130 vs 135 pour 2016). Les activités agricoles et/ou les activités aquatiques de loisir ou domestiques, sont retrouvées dans la majorité des cas avec la pratique de la marche en savates ou pieds nus. Dans 73% des cas patients enquêtés pratiquent une activité agricole, le plus souvent sans le port de gants ni bottes.

L’importante recrudescence saisonnière, notamment en avril, est consécutive pour partie à l’augmentation de la pluviométrie au mois de février mais aussi à l’accumulation de déchets dans l’environnement proche, favorable à la prolifération des rats, vecteurs de la maladie.

La contamination par cette maladie est favorisée par :

  • la pratique d’activités agricoles sans gants ni bottes, et le plus souvent en savate ou pieds nus.
  • Le contact avec des eaux douces souillées lorsqu’on est porteur de plaies

L’accumulation des déchets est également un facteur de risque car elle favorise la prolifération de rats autour et dans les habitations.

Appliquer des mesures de protection individuelle :

  • désinfecter et protéger ses plaies en utilisant des pansements imperméables.
  • éviter de se baigner en eau douce ou de laver son linge en rivière lorsqu’on est porteur de plaies, même minimes, ou les protéger en utilisant des pansements imperméables.
  • dans la mesure du possible, se protéger par le port de bottes et de gants lors d’une activité à risque (agriculture, élevage, travail dans les champs, jardinage, etc.).
  • éviter de marcher pieds nus, ou en chaussures ouvertes, sur des sols boueux ou en eau douce, surtout après de fortes pluies.

Lutter contre la prolifération des rongeurs :

  • entretenir régulièrement l’environnement de son domicile, en déposant ses poubelles dans des bacs de collecte et en éliminant les encombrants.
  • éliminer tous les restes de nourriture (y compris l’alimentation des animaux) qui pourraient servir de nourriture aux rats.

Aller plus loin

Contact

Contenu

Huguette YONG-FONG
02 62 93 94 93
06 92 65 48 66
Envoyer un courriel

Cybèle FOOLCHAND
Tél : 02 69 61 83 03
Envoyer un courriel

Niçoise VIDOT
Tél : 0262 93 94 55
Envoyer un courriel

Voir Aussi