Pour la santé à La Réunion et à Mayotte

Appel à projets 2018 pour la lutte contre les drogues et les conduites addictives à Mayotte

Appel à projets / candidatures
Environnement, santé publique et prévention
Statut
En cours
Visuel
Visuel actu AAP MIDELCA 2018
Accroche
Dans un environnement local en pleine mutation, les défis en matière de jeunesse, de santé mais aussi de prévention de la délinquance nécessitent une mobilisation des différents acteurs dans le champ de la lutte contre les drogues et les conduites addictives.
Corps de texte

Après le succès du premier appel à projets commun en 2017, la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues Et les Conduites Addictives (MILDECA) et l’Agence de Santé (ARS) Océan Mayotte relance la démarche est reconduite pour 2018 en associant la Politique de la Ville (CGET). Elle porte sur la prévention, l’accès aux soins et de la réduction des risques, l’accès aux droits et aux soins, le respect de la loi ou la lutte contre les trafics.

Orientations de l’appel a projets

L’effort de prévention reste orienté prioritairement vers les populations qui, pour des raisons sanitaires ou sociales, sont les plus exposées aux risques et aux dommages dus aux substances psychoactives. Il s’adressera également à tous les publics en milieu scolaire, festif et professionnel. Une attention particulière sera portée aux habitants des quartiers prioritaires de la politique de la Ville Cet appel à projets s’inscrit dans les priorités par la MILDECA au niveau national :

  • Prévenir les conduites addictives ;
  • Renforcer la sécurité, la tranquillité publique et l’application de la loi ;
  • Accompagner les populations les plus vulnérables ;
  • Renforcer les actions de formation.

Objectifs fixés pour mayotte

L’appel à projets 2018 adapte ces orientations nationales au contexte de Mayotte, marqué par :

  • un déficit de connaissances sur les conduites addictives ;
  • une structuration en cours de l’offre de prévention et de soins, avec l’engagement de formations des professionnels et associations ;
  • des faits de délinquance liés à une consommation excessive d’alcool et de drogues ;
  • une vulnérabilité de la jeunesse en raison d’un contexte économique et social difficile.

La mise en œuvre d’une véritable politique publique de lutte contre les drogues et de prévention des conduites addictives est récente à Mayotte. Avec le soutien de la MILDECA, l’ARS porteune démarche partenariale associant les institutions et les acteurs de santépour promouvoir la prévention, et former les acteurs locaux.

L’appel à projets 2018 vise à soutenir et ampifier cette démarche en consolidant les actions qui ont démontré leur efficacité et en développant de nouvelles actions structurantes

Seront financées en priorité les actions répondant aux axes suivants :

  • Sensibilisation en direction des publics fragiles ou particulièrement exposés, notammentles jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la Ville, les élèves et les étudiants, les populations précaires, les personnes sous main de justice, et les personnes fréquentant les espaces de loisirs et les milieux festifs et nocturnes.
  • Prévention visant à éviter ou retarder les premières consommations de drogues et les consommations excessives d’alcool, en informant les populations dès le plus jeune âge sur la réglementation et les risques sanitaires ;
  • Formation et mise en réseau des acteurs intervenant en matière de lutte contre les drogues et conduites addictives pour professionnaliser les dispositifs et fédérer autour de cette politique publique ;
  • Accompagnement et soutien aux adultes et acteurs engagés dans la politique de prévention notamment les parents et les accompagnants des milieux éducatifs et sportifs, les services sociaux et de santé des communes ,en impulsant notamment la mise en place de lieux d’accueil et d’écoute ;
  • Communication en direction du public pour sensibiliser à la lutte contre les addictions (Semaines ou journées d’action, campagne médias et réseau sociaux, communication visuelle et numérique...).

Modalités possibles d’intervention

Plusieurs types d’action recevront une attention particulière lors de l’examen des dossiers :

  • Actions visant à développer de nouvelles approches en promouvant une démarche d’intervention, de repérage et de prévention précoce en direction des jeunes dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville ;
  • Actions visant à former et sensibiliser les professionnels économiques et médico-sociaux et à les accompagner dans le montage de projets de prévention auprès de leurs publics.
  • Actions permettant la création d’outils et de supports de prévention (théâtre-forum, exposition mobile, affiches, créations culturelles et numériques) adaptés au territoire et aux populations pour amplifier l’impact des messages de prévention ;
  • Actions de type « sensibilisation par les pairs » : formation et accompagnement de personnes « relais » chargées de porter des messages de prévention auprès des publics vulnérables repérés pour améliorer l’impact des messages de prévention.
  • Déclinaison à Mayotte du dispositif « Moi(s) sans tabac » : création et mise en œuvre d’un programme complet sur 1 mois de sensibilisation et d’accompagnement à l’arrêt du tabac.
  • Association de la population à la construction et à la mise en œuvre des programmes, à travers des projets à l’échelle du quartier, mobilisant des acteurs de proximité avec une attention particulière pour les actions co-portées avec des CCAS, des comités de jeunes et des conseils citoyens, dans l’esprit d’une démarche communautaire de santé.

Pour 2018, l’appel à projets propose également de financer à hauteur de 50 % les frais d’inscription au diplôme universitaire en addictologie proposé par l’Université de la Réunion. Les personnes proposées devront dépendre d’une association ou d’une collectivité souhaitant mettre en œuvre un projet de prévention des addictions et devront s’engager à rester sur le territoire au moins 3 ans.

Les approches et actions innovantes feront l’objet d’un examen attentif, de même queles approches partenariales ou de réseau, visant la mutualisation et la convergence des moyens et le ciblage des actions. Les démarches permettant d’aller au-devant des personnes en difficulté et de faire porter les messages par les « pairs » seront privilégiées La mobilisation du dispositif du « Service civique » sera appréciée.

NOTA : Beaucoup de dossiers présentés en 2017 ont reçu un avis défavorable par manque de précisions quant au descriptif de l’action, aux moyens et outils mobilisés ainsi qu’au calendrier prévisionnel de réalisation (action décrite en des termes généraux et flous sans précisions concrètes...). Les actions proposées à l’AAP doivent avoir été au préalable réfléchies, pensées dans leur réalisation concrète, voire discutées avec les partenaires mobilisées le cas échéant.

Publics prioritaires

  • Jeunes de 8 à 25 ans et plus particulièrement les plus vulnérables (sans emploi et sans qualification, en situation de décrochage scolaire, mineurs non accompagnés) de préférence en milieu scolaire et périscolaire, et dans les quartiers prioritaires ;
  • Personnes sous main de justice ou suivis par la PJJ et le SPIP ;
  • Parents et adultes ayant un rôle éducatif auprès des jeunes (secteurs de l’éducation, du sport, de l’animation, socio-culturel...) ;
  • Femmes enceintes consommatrices de produits illicites ou licites.
     

Budget et délai de réalisation

Budget et financements :

En 2018, la MILDECA, l’ARS via le Fond Régional d’Intervention (FIR) , et la Préfecture (CGET) s’associent pour proposer une enveloppe prévisionnelle de 110.000 € dédié à cet appel à projets. Il est notamment rappelé que l’intervention de la MILDECA et duFIR ne peut pas :

  • cofinancer une action à plus de 80 % de son montant total ;
  • financer une action au bénéfice direct des administrations de l’État ;
  • financer des investissements ou de l’achat de matériels ;
  • financer les porteurs de projets qui n’ont pas produit un bilan intermédiaire et/ou final des actions conduites au titre de l’année précédente et financées par la MILDECA et l’ARS.
     

Le critère d’innovation sera entendu pour les quartiers prioritaires de la politique de la ville de la façon suivante :

  • définition d’un projet global et structurant, pérenne et intégrant une pluralité d’acteurs (associatifs, habitants, institutionnels)
  • conception du projet en lien étroit avec le territoire (commune, intercommunalité)

Délais et échéancier

Les projets ont vocation à s’inscrire dans un cadre annuel voire dans un cadre pluriannuel (de 2 ans maximum). Les actions doivent pouvoir débuter au plus tard au 2ème trimestre 2018. Pour les projets sur deux ans, un bilan d’étape devra être obligatoirement fournis au 31 décembre 2018 et le bilan final au 31 décembre 2019. Pour les projets prévus sur l’année 2018, ils devront être achevés avant le 31 décembre 2018 avec un bilan final produit pour la même date, à l’exception des projets en milieu scolaire dont le bilan final devra être produit pour le 30 juillet 2018.

Formalisation de la demande

La demande de subvention doit être présentée sur la base du formulaire Cerfa n°12156*04
Télécharger

Elle devra obligatoirement :

  • être accompagnée du RIB et de la fiche INSEE de la structure ;
  • décrire précisément l’action projetée en précisant le public cible, les acteurs impliqués, les modalités d’intervention, le cheminement de l’action, l’échéancier, le budget nécessaire et ses modalités de financement ;
  • présenter un état ou une analyse des besoins locaux (bilans, diagnostic territorial, enquêtes auprès des publics, situations rencontrées...) ;
  • proposer un partenariat local, notamment avec les chargés de mission ville, les adultes-relais et/ou les médiateurs, pouvant assurer un lien avec le public cible et, le cas échéant, la coordination des dispositifs pré-existants, rassemblant les qualités et les compétences nécessaires à la mise en œuvre du projet sur un territoire bien défini ;
  • préciser les liens avec les dispositifs territoriaux tels que les contrats de ville et les Conseils Locaux de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) ;
  • prévoir un état détaillé des personnels affectés à l’action et des prestataires le cas échéant ;
  • prévoir une évaluation de processus et de résultats.
     

Modalités de retour des dossiers

Date limite d’envoi des dossiers : mercredi 28 février 2018 à 19h00.

Les dossiers de candidature devront être envoyés par courrier électronique à Monsieur Brian TOURRÉ, chargé de mission MILDECA
avec la mention « Appel à projets ARS-MILDECA 2018 ».
Envoyer un courriel

Aller plus loin

Contact

Contenu

Pour toute question ou accompagnement éventuel, vous pouvez prendre contact avec les référents ci-dessous :

ARS Océan Indien

Julien THIRIA,
📞 02 69 63 87 27
Envoyer un courriel

Préfecture de Mayotte

Brian TOURRÉ,
📞 02 69 63 51 07
Envoyer un courriel